Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le photojournalisme est bien vivant mais pour combien de temps ?

Publié le par book catalogne


du 29 août au 13 septembre 2009

 PERPIGNAN - Visa pour l'Image, le plus grand festival international de photojournalisme, qui a lieu tous les ans à Perpignan. Rendez-vous exceptionnel des amoureux de la photographie, le festival réunit des milliers de visiteurs autour d'une même passion. Explorez les expositions réparties dans toute la ville et découvrez de saisissants reportages, réalisés par des photojournalistes du monde entier. Assistez aux soirées-projections en plein air dans le somptueux cadre médiéval du cloître du Campo Santo ; participez aux colloques et rencontres ; rendez-vous aux stands des agences et des grandes marques de la technologie photographique.
Pour plus de détails, http://www.visapourlimage.com/

http://www.dailymotion.com/video/xa4q1w_visa-pour-limage-2009_creation

Edito de Jean-François Leroy

Cette   année   encore,   et   comme   toujours,   ça   y   est    !   L’annonce   est   officielle  :   lephotojournalisme est en train de mourir. Il meurt. Il est mort…

 

Même   s’il   est   vrai   que   l’époque   n’est   pas   facile   pour   les   professionnels   en   raison de   la   réduction   significative   des   commandes   de   magazines,   de   la   diminution   des tarifs, de la prolifération des images libres de droits, Perpignan, pour sa 21e édition, reste – plus que jamais ! – le rendez-vous incontournable de ceux qui pratiquent le photojournalisme, et plus généralement, de tous ceux qui l’aiment.

 

Visa pour l’Image découvre, redécouvre, confirme et met en avant le meilleur de la production. Le succès croissant du Festival auprès du grand public montre bien que l’on s’intéresse encore à l’histoire du monde, même si de grands médias s’emploient à la montrer de moins en moins, au profit d’une actualité légère, ou futile.

 

Un   exemple   incroyable,   à   la   limite   de   la   caricature :   la   mort   de   Michael   Jackson. Certes, inutile d’y revenir, l’artiste était immense, hors du commun. C’est vrai, le personnage était à la fois attirant, attachant ou dérangeant, multiple, et donc secret. Il avait des millions de fans à travers le monde. Que ceux-ci aient pleuré sa disparition,

quoi de plus normal ? Pendant une dizaine de jours, ou même plus, on ne nous a parlé QUE de cela, est-ce vraiment acceptable ? Oui, quitte à élargir le cercle de nos ennemis,   osons   poser   la   question :   un   mort   à   Los   Angeles   vaut-il   le   silence   total sur tout le reste du monde ? Afghanistan, Irak, Pakistan, Iran, Darfour, taisez-vous !

Mourez en silence, puisque la mort de l’autoproclamé « King of Pop » éclipse tout. Une fois encore, la mort de Michael Jackson fait partie de l’information. Mais quand elle devient toute l’information, ne marche-t-on pas sur la tête  ? Où est donc cette fameuse hiérarchie de l’information que l’on enseignait dans toutes les bonnes écoles

de journalisme, il n’y a pas encore si longtemps ? Le mot déontologie a-t-il encore un sens ?

 

Perpignan montre le monde tel qu’il est à travers ses expositions et ses soirées de projection.

Bienvenue dans le monde réel !

 

Jean-François Leroy

13 juillet 2009

Commenter cet article